Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

coeur (2)

« La prière est, comme l’affirma Saint-Martin,

qui voyait d’ailleurs en cela son grand secret, 

la sublime et effective opération qui permet l’éclosion en notre interne,

de la pure essence indéfinissable,

de la subtile «Présence » qui est le trésor de l’esprit« 

On se rappelle qu’en son temps, Robert Amadou (+ 2006) publia les « dix prières » de Louis-Claude de Saint-Martin, précédées d’une introduction intitulée : «Prier avec Saint-Martin ». [1]

Ce texte intéressant éclaira les lecteurs d’alors sur l’importance qu’avait la prière pour le théosophe d’Amboise, et le rôle éminent que lui attribuait spirituellement le Philosophe Inconnu.

Louis-claude-saint-martin

Il n’en restait pas moins, sachant la place accordée à la prière par Saint-Martin, que demeurait entière une question cruciale : de quelle manière convenait-il de prier si l’on voulait se placer dans les pas de l’auteur de « L’homme de désir » ?

Nul jusqu’à présent n’y avait répondu ; la plupart des textes disponibles sur le sujet ré-exprimaient les vues du Philosophe Inconnu à propos de la prière, mais aucun d’eux ne nous disaient comme faire, « comment prier avec Saint-Martin » ?

Or voilà qui est chose faite grâce au livre fondamental que Jean-Marc Vivenza vient de publier aux éditions La Pierre Philosophale, exposant et nous apprenant la façon de prier selon l’enseignement de Saint-Martin.

Il est difficile de parler d’un tel ouvrage, car il s’agit d’une sorte de manuel pratique pour entrer dans la voie de la contemplation mystique. D’ailleurs le livre porte comme titre complet : « Pratique de la prière intérieure pour conduire l’âme à l’union avec la Divinité ».

Utriusque Cosmi Historia

C’est bien d’un chemin vers l’union transformatrice de l’âme

que proposent les pages

de ce que l’on peut clairement désigner

comme étant une méthode complète d’oraison…

Et c’est bien d’un chemin vers l’union transformatrice de l’âme que proposent les pages de ce que l’on peut clairement désigner comme étant une méthode complète d’oraison, le livre ayant pour sous-titre : ‘La méthode de l’oraison  et de la contemplation mystique selon Louis-Claude de Saint-Martin ».

Jean-Marc Vivenza écrit : « Il est en effet évident, pour ceux qui en font une lecture attentive, qu’en authentique guide spirituel le Philosophe Inconnu nous invite à placer nos pas à sa suite dans la voie de la prière, nous conviant à cheminer, à ses côtés, dans l’approfondissement de notre connaissance de la Divinité, car il s’agit bien, pour nous, non seulement de se nourrir, en un premier temps, des souveraines paroles et bienheureux conseils de Saint-Martin, mais, surtout, et il importe d’insister fortement sur ce point de par son caractère éminemment supérieur et central, de « pratiquer », à notre tour, le saint exercice de l’oraison intérieure, de se rendre, comme nous le demande instamment Saint-Martin, assidu et fidèle avec la rencontre surnaturelle ; d’habituer l’âme au divin entretien. » [2]

Et c’est précisément, dans les 200 et quelques pages de ce livre, le saint exercice de l’oraison qui nous est expliqué avec une remarquable pédagogie, en deux parties :

cache_3649650

Première partie : La doctrine de l’oraison intérieure (pp. 29-66).

Deuxième partie : La pratique de l’oraison intérieure (pp. 67-100).

Ces deux parties constituent la synthèse la plus complète, et qui est unique à notre connaissance, de ce en quoi consiste la prière dans la pensée de Louis-Claude de Saint-Martin, et surtout comment convient-il de procéder lorsqu’on veut s’engager sérieusement dans la voie de la prière intérieure, loin des rites externes selon les « formes » et des récitations mécaniques faites sans conscience.

Ce livre sera donc très précieux et d’une incomparable utilité, non pas seulement pour savoir ce que Saint-Martin pensait de la pratique de la prière, mais pour concrètement faire oraison, pour prier à l’école du Philosophe Inconnu.

Et l’oraison dont il est question, reprenant toute la tradition de l’école de spiritualité mystique, a pour but de conduire en effet l’âme à l’union avec Dieu !

Il est de ce fait certain, que l’on doit regarder ce livre avec toute l’attention nécessaire, car on peut s’engager avec lui, dans le chemin qui donne accès au ciel.

La prière est le trésor de l’esprit, il convient de s’en souvenir en abordant les pages extraordinaires de ce livre : « La prière est donc bien, en réalité, comme l’affirma à de nombreuses reprises et à juste titre Saint-Martin, qui voyait d’ailleurs en cela son grand secret, la sublime et effective opération qui permet l’éclosion, en notre interne, de la pure essence indéfinissable, de la subtile «Présence » qui est le trésor de l’esprit, celle qui donne, dans les abyssales profondeurs de notre cœur, pour notre plus grande joie et inexprimable transformation, naissance au Verbe, à « Celui » sans lequel toute vie est vaine – « la Lumière vraie qui éclaire tout homme venant dans le monde. » (Jean, I, 9). » [3]

Voilà pourquoi la « pratique de la prière intérieure » n’est pas un livre à lire … mais un livre fait pour nous apprendre à prier pour que nous puissions remonter vers les régions célestes et retrouver notre origine divine !

RECTO LA PRIERE INTERIEURE

J.-M. Vivenza, Pratique de la prière intérieure,

La Pierre Philosophale, 2015, 206 pages.

Notes.

  1. R. Amadou, Prier avec Saint-Martin, Dix prières, Cariscript, 1987.
  1. J.-M. Vivenza, Pratique de la prière intérieure, La Pierre Philosophale, 2015, p. 27.
  1. Ibid., p. 28.
Publicités