Étiquettes

, , , , , , , , ,

Sur son blog, celui qui se définit comme un « Orthodoxe d’Occident », nous a généreusement gratifié cet été (du dimanche 8 juillet au lundi 30 juillet 2012), d’un lassant copier/coller de saint Irénée et de son livre célèbre « Contre les hérésies ».

L’initiative est un peu surprenante puisque l’ouvrage est aisément accessible en fichier pdf, et qu’il suffit de le télécharger et le lire à loisir, ce que nous offrons d’ailleurs volontiers aux lecteurs du Crocodile qui n’auront qu’à cliquer sur le lien pour se le procurer : « Contre les Hérésies Dénonciation et réfutation de la gnose au nom menteur. »

Qu’est-ce qui motivait donc une telle idée  un peu surprenante ?

Voici l’explication fournie par « l’Orthodoxe d’Occident » qui présente son initiative comme un « combat » :  « Je commence aujourd’hui la publication d’une série de textes du Père dans la foi de l’Eglise des Gaules, saint Irénée de Lyon. Ils sont extraits de son grand et précieux ouvrage intitulé en latin Contre les hérésies et en grec Contre la gnose au nom menteur. Ce combat est toujours d’actualité. Un des principaux champs de bataille est la question de la « chair ». En réaction excessive, absolutisée, à la sublimation des passions charnelles qui caractérise notre époque et la fait tristement ressembler à la Rome de la décadence, des esprits enclins à l’ascétisme jettent l’anathème sur cette pauvre chair qui n’en peut mais  – car ce n’est pas elle qui pèche mais l’esprit qui est en elle – la condamnent à la damnation et à l’anéantissement final. C’était la thèse des jansénistes que d’aucuns relaient aujourd’hui. Et elle a clairement des relents de gnosticisme. Telle n’est pas la position de la Tradition apostolique dont saint Irénée est un des plus brillants champions. Cette position est comme en tout sujet équilibrée, à l’abri de tout « excès » :   l’hubris, démesure, a toujours été considéré par les Pères comme une tentation dont il fallait se garder. C’est cette position traditionnelle qui est explicitée dans ce texte et ceux qui suivront. » (A Tribus Liliis, dimanche 8 juillet 2012).

Ainsi donc : « des esprits enclins à l’ascétisme jettent l’anathème sur cette pauvre chair ….la condamnent à la damnation et à l’anéantissement final. C’était la thèse des jansénistes que d’aucuns relaient aujourd’hui. Et elle a clairement des relents de gnosticisme. » Il faut donc combattre cette tendance pour a Tribus Liliis !

Mais est-ce bien les jansénistes qui sont visés par ces déclarations ? Chacun sait que ce courant spirituel du XVIIe siècle se concentra surtout sur la théologie de la grâce, et que s’il mit l’accent sur les conséquences désastreuses du péché originel sur la nature charnelle, s’est surtout signalé par sa fidélité à saint Augustin et n’insista pas outre mesure sur « l’anéantissement final de la chair » qui ne fut qu’un thème secondaire dans ses textes.

Qui peuvent donc bien être ceux qui soutiennent l’anéantissement de la chair aujourd’hui ?

« L’Orthodoxe d’Occident » le sait lui, il parle par ellipse afin de ne pas trop faire surgir une montée de boucliers contre lui pour une raison bien simple. Il exerce une charge de « Grand Aumônier » au sein d’une instance maçonnique d’essence willermozienne, information qui n’a rien de secrète, comme en a fait clairement la démonstration cet article : La Doctrine du RER, revue et corrigée par… des « Dignitaires » du RER ??? 

Or chacun sait, ou devrait savoir, que le Rite Ecossais Rectifié s’appuie sur une doctrine issue des thèses de Martinès de Pasqually, qui affirme que tout le composé matériel, créé pour enserrer les démons puis l’homme dans une prison en punition de la prévarication, sera anéanti un jour et disparaîtra définitivement.

Cet enseignement traverse tout le système fondé par Willermoz, et il s’impose avec force dans les « Instructions secrètes » de la classe des Grands Profès.

En voici un exemple : « Les corps, la matière, les animaux, l’homme même comme animal, et tout l’univers créé ne peuvent avoir qu’une durée temporelle momentanée. Ainsi donc tous ces êtres matériels, ou doués d’une âme passive, périront et s’effaceront totalement, n’étant que des pro­duits d’actions secondaires, auquel le Principe unique de toute action vi­vante n’a coopéré que par sa volonté qui en a ordonné les actes. (…) Cette réintégration absolue et finale de la matière et des prin­cipes de vie qui soutiennent et entretiennent son apparence, sera aussi promp­te que l’a été sa production ; et l’univers entier s’effacera aussi subite­ment que la volonté du Créateur se fera entendre ; de manière qu’il n’en res­tera pas plus de vestige que s’il n’eût jamais existé. »  (J.-B. Willermoz, Instructions secrètes des Chevaliers Grands Profès).

C’est une citation parmi des dizaines d’autres posant les mêmes affirmations sous la plume de Willermoz qui est le seul auteur de ces Instructions secrètes.

On est très loin de saint Irénée et de la résurrection de la chair, c’est une évidence, mais c’est la doctrine de Willermoz qui n’est pas en « option » au Rite Ecossais Rectifié, ni non plus comme on a pu le lire ridiculement une « opinion particulière » que l’on pourrait discuter. Non ! elle est le cœur de la doctrine du Régime et de toute sa perspective puisque, comme l’a démontré Jean-Marc Vivenza dans un texte fondamental : «Le Régime Ecossais Rectifié et la doctrine de la matière », cette idée se trouve déjà exprimée dès le grade d’Apprenti auquel on indique :  «…cultive ton âme immortelle et perfectible, et rends-la susceptible d’être réunie à la source pure du bien, lorsqu’elle sera dégagée des vapeurs grossières de la matière. » (Règle maçonnique, Art. II, Immortalité de l’âme).

De quelle manière a Tribus Liliis se débrouille t-il alors, entre sa place au RER, et les positions de saint Irénée qu’il brandit comme une bannière pour son « combat » (sic) et qui définissent comme hérétiques les affirmations réitérées et constantes de Willermoz ? Voici sa réponse : «J’appelle les sarcophobes, les ennemis de la chair, qui jettent sur elle l’anathème comme si elle était sous le coup d’une culpabilité irrémissible et par conséquent vouée, non au salut, et même pas à l’enfer, mais à l’anéantissement. » (A Tribus Liliis, lundi 16 juillet 2012).

Une question s’impose donc avec une certaine force : Comment a Tribus Liliis parvient-il à demeurer membre d’un système fondé par Willermoz – s’il faut l’en croire un « sarcophobe, un janséniste, un hérétique avec des relents de gnosticisme » – qui jette sur la matière l’anathème comme si elle était sous le coup d’une culpabilité irrémissible et par conséquent vouée, non au salut, et même pas à l’enfer, mais à l’anéantissement ?

Il faut avouer que tout cela est totalement incompréhensible et nous plonge dans la perplexité, et surtout nous fait nous demander au nom de qui, ou de quoi, a Tribus Liliis membre exerçant une charge importante au sein d’une organisation d’essence rectifiée, lance t-il ses anathèmes contre les willermoziens qui regardent la matière comme si elle était sous le coup d’une culpabilité irrémissible en et par conséquent vouée, non au salut, mais à l’anéantissement ?!

Combien s’impose donc cette réflexion de Pascal, certes un janséniste mais fin analyste de l’âme humaine, à propos de l’étrange attitude de l’Orthodoxe d’Occident : « Quelle chimère est-ce donc que l’homme ? quelle nouveauté, quel monstre, quel chaos, quel sujet de contradiction, quel prodige ! juge de toutes choses… » (Blaise Pascal, Pensées).

 

Advertisements